Posts Tagged 'software'

Les infrastructures (1: La consolidation)

Voici le premier d’une série de billets sur les infrastructures IT. Celles-ci sont le socle sur lequel fonctionnent toutes les applications de l’entreprise. Ce socle est constitué de 2 couches distinctes :

  • L’infrastructure matérielle composée par les serveurs, les systèmes de stockage et le réseau,
  • L’infrastructure logicielle qui comprend les logiciels qui offrent des services aux autres applications. Il s’agit par exemple des bases de données, des annuaires ou encore des bus d’échange de message (ESB).

Les infrastructures se composent donc de tous les éléments matériels et logiciels qui sont mutualisés et mis à la disposition du système d’information. Elles connaissent actuellement une révolution sans précédent sous les effets conjugués :

  • De l’explosion de la demande de capacité de traitement et de stockage,
  • De la pression sur les coûts en raison notamment des prix élevés des m² de salles blanches,
  • De l’augmentation des prix de l’énergie, car les centres de production en consomment beaucoup, à la fois pour les serveurs, mais aussi pour la climatisation.

De plus, les infrastructures actuelles, en particulier les serveurs, sont très nettement sous-utilisées. Si on pose des sondes de monitoring pour mesurer pendant plusieurs semaines le taux d’utilisation des CPU d’une salle serveur, on relève habituellement des taux d’occupation moyens autour de 15 à 20 %. Cela signifie que environ 80 % de la capacité de traitement est purement et simplement inexploitée !

Qu’est ce que la consolidation ?

La consolidation est une démarche qui consiste à réorganiser, en plusieurs étapes, les infrastructures en vu de réduire les coûts, d’augmenter la cohérence et d’améliorer (un peu) le taux d’utilisation des ressources.


La situation initiale avant consolidation ressemble généralement à la figure suivante avec un SI où les équipements sont très fortement hétérogènes et sont dispersés sur plusieurs sites de production sans cohérence d’ensemble. Dans ce type d’organisation, il n’y a pas (encore) de datacenter et plusieurs équipes exploitent les sites de production.

La démarche de consolidation se conduit en 3 étapes:

  • Etape 1 : le regroupement. Cette étape consiste à rassembler tous les équipements dans un centre de production unique appelé datacenter. Cette opération permet la réalisation d’économies substantieles puisqu’elle toutes les équipes d’administrations travaillent désormais sur le même site.

  • Etape 2 : la mutualisation. Cette étape repose sur la mise en place d’outils d’administration et de supervision unifiés pour l’ensemble des serveurs et équipements réseaux. Les économies proviennent de la réduction du nombre d’outils utilisés. C’est aussi à cette étape que l’on cherche à réduire la diversité des OS, des bases de données et des serveurs d’application afin d’augmenter la cohérence de l’infrastructure.

  • Etape 3 : la rationalisation. Il s’agit ici de rationaliser l’utilisation des serveurs en regroupant les applications de façon à améliorer le taux d’utilisation des équipements. Cette étape peut par exemple prendre la forme du regroupement des bases de données ou des applications J2EE sur quelques (gros) serveurs.

Conclusion

La consolidation est une démarche que nombres d’entreprises ont démarrée au début des années 2000 après la fin de la première bulle Internet. En effet, cette période a coïncidée avec la multiplication des solutions logicielles hétérogènes au détriment de la cohérence générale et au prix de coûts d’exploitation exorbitants. Aujourd’hui, la plupart des entreprises ont atteints les étapes de mutualisation (2) ou de rationalisation (3). La phase de consolidation est donc en train de s’achever.

Il n’en demeure pas moins que si la consolidation a permis une réduction significative des coûts, le taux d’utilisation des équipements reste très bas. Il faut donc se tourner vers d’autres approches pour augmenter sensiblement l’utilisation des serveurs. L’une d’entre elles est la virtualisation, nous en reparlerons dans le prochain billet.

Java 6: quoi de neuf pour la performance ?

Sun vient d’annoncer la disponibilité de la version 6 de Java. Cette nouvelle mouture de la plateforme J2SE apporte son lot de nouveautés. On peut citer en vrac : la compatibilité avec Kerberos, un nouveau jeu d’API pour les services Web, le support des langages de script ou encore JDBC 4.

Par ailleurs, Sun n’a pas oublié les questions de performance et nous livre:

  • une nouvelle version de l’API de monitoring et d’administration JMX,
  • une console de monitoring améliorée (JConsole),
  • un outil d’exploration des core dumps (JHat).

En matière de rapidité d’exécution du code, cette nouvelle version ne semble pas en reste, à en croire les premiers benchmarcks réalisés par Sun. Jugez en plûtot, les résultats annoncés « out of the box », c’est à dire sans optimisations particulières, sont de + 25 % sur plateforme 32 bits. Bien entendu, ces chiffres devront être confirmés par d’autres benchmarks, mais on peut sans doute s’attendre à des gains significatifs par rapport à la version 5.

Vous trouverez plus d’informations à ce sujet sur le blog de David Dagastine.

L’arrivée de cette nouvelle version de Java soulève tout de même une question de fond: les équipes de développement peuvent-elles suivre le rythme des sorties du J2SE ? A en juger par le taux assez moyen d’adoption de Java 5 sur les projets et les frameworks Java Open-Source (i.e. Spring reste compatible avec le JDK 1.3), la question mérite d’être posée.

En attendant, les early adopters pourront surveiller ici l’avancement de Java … 7 !


Mises à jour Twitter

Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire a ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par e-mail.

Rejoignez 29 autres abonnés

Catégories

Statistiques

  • 64,072 hits