Clustering: du nouveau avec TerraCotta

Le terme clustering regroupe un ensemble de techniques destinées à améliorer les performances des applications en agissant sur la disponibilité et la capacité de montée en charge. Dans la pratique, cela consiste à installer l’application cible sur plusieurs serveurs physiques, et, à les présenter comme un seul serveur logique en utilisant des solutions telles que le load-balacing ou le session fail-over.

Dans le monde Java, le clustering n’est proposé que sur les versions avancées des serveurs d’application. Il est d’ailleurs intéressant de noter que ces solutions sont propriétaires et qu’elles ne sont pas standardisées au niveau de la norme J2EE. Par ailleurs, elles sont assez complexes à mettre en oeuvre.

La société TerraCotta propose quant à elle une solution originale basée sur le clustering au niveau de la JVM. Le principe est simple et repose sur un mécanisme de mémoire partagée qui permet l’utilisation simultanée d’instances d’objets Java dans plusieurs JVM situées sur des machines distinctes.

Les objets partagés sont gérés par un serveur qui fonctionne à l’intérieur de sa propre JVM et qui sauvegarde l’état des objets distribués sur disque. Cette technique permet de mettre le serveur TerraCotta lui-même en cluster (de type actif/passif) pour éviter de constituer un single point of failure (SPOF).

Du côté des applications clientes, il suffit d’embarquer la bibliothèque cliente TerraCotta et d’ajouter des paramètres  dans la ligne de commande du programme. Ainsi, l’impact de cette solution sur la conception d’une application est quasiment nulle. A noter que les objets Java partagés ne sont pas contraint d’implémenter une quelconque interface (même Serializable) ou d’hériter d’une classe de la bibliothèque TerraCotta.

TerraCotta existe en 3 éditions différentes :

  • TerraCotta DSO offre le partage en réseau des objets Java classiques (les POJO),
  • TerraCotta Sessions simplifie la mise en cluster des applications J2EE en déléguant à TerraCotta la gestion des sessions HTTP,
  • TerraCotta for Spring permet l’utilisation d’objets partagés avec le framework Spring.

Enfin, en plus de ses qualités techniques remarquables, TerraCotta vient de passer sur un modèle 100 % Open Source, complété par la distribution (payante) d’une édition certifiée comprenant le support technique.

Avec des atouts pareils, TerraCotta devrait connaître un succès rapide. 

Vous trouverez plus d’informations sur les liens suivants:

0 Responses to “Clustering: du nouveau avec TerraCotta”



  1. Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s




Mises à jour Twitter

Erreur : Twitter ne répond pas. Veuillez patienter quelques minutes avant d'actualiser cette page.

Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire a ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par e-mail.

Rejoignez 29 autres abonnés

Catégories

Statistiques

  • 64 124 hits

%d blogueurs aiment cette page :